13 avril 2024
escalier

L’escalier occupe un rôle primordial dans la maison puisqu’il assure la circulation entre les différents étages. Il fait donc partie intégrante dans la décoration et constitue même un élément central dans la maison. À cet effet, il convient de bien le choisir en tenant compte de plusieurs facteurs comme le budget, l’espace et le style de l’habitat. En tout cas, pour trouver des escaliers d’exception, vous pouvez trouver dans les sites ou magasins spécialisés une large variété de modèles d’escalier alliant design, confort et sécurité. Pour ce qui est de son installation, vous avez le choix entre poser l’escalier vous-même ou en faire appel aux services d’un professionnel. Parcourez ces quelques lignes pour y voir plus clair.

Installer son escalier soi-même : la solution simple et économique

Avant toute chose, vous devez savoir que l’installation d’un escalier ne s’improvise pas. Elle fait appel à la considération de la norme de sécurité et de conformité en vigueur. Si vous êtes un bricoleur qualifié, vous pouvez réaliser vous-même la pose de votre escalier standard. De quoi vous permettre d’économiser sur le coût des travaux.

Que vous décidiez de passer par un professionnel ou de poser vous-même votre escalier, la première chose à faire consiste à estimer les dimensions de ce dernier. Pour cela, vous devez prendre en considération les contraintes relatives aux travaux. 

L’objectif de cette première démarche est de recueillir les mesures de votre futur escalier en précisant le nombre et les dimensions des marches. Il en est de même pour la pente de celui-ci. 

Voici comment poser son escalier soi-même.

Faire une trémie

Pour la pose intégrale de votre escalier, vous devez dans un premier temps réaliser la trémie, autrement dit l’ouverture dans le plancher de l’étage supérieur qui sera reliée à celle du bas par l’escalier. Pour réussir cette phase, faites preuve de concentration et de minutie. Aussi, veillez à considérer chaque détail des travaux pour assurer la qualité de la pose du futur escalier.

Passer à la pose de l’escalier intérieur

Sur le marché, il existe des escaliers en série ou en kit pouvant être installés sans l’intervention d’un spécialiste. Ceci dit, vous devez disposer de compétences avérées en termes de bricolage pour assurer le confort et la sécurité de votre dispositif. 

Ces modèles vous seront d’ailleurs livrés avec leur notice d’installation. À vous de suivre à la lettre les indications du fabricant pour installer votre escalier intérieur comme il se doit.

Installer les équipements et aménagements 

Une fois votre escalier en place, il est temps de poser la main-courante et la rambarde. Ces composants assurent la sécurité de votre dispositif et doivent donc faire l’objet d’une installation pensée et soignée. 

Si votre espace vous le permet, pensez également à installer des étagères sous votre escalier. Cette option simple et accessible vous garantira un escalier confortable et sécurisé. 

Les travaux de finitions de son escalier

Après avoir monté, équipé et sécurisé votre escalier, il ne vous reste plus que les finitions. On entend par finition : le revêtement destiné à recouvrir et sublimer votre escalier. Suivant le style que vous désirez apporter à votre intérieur, à vous de choisir entre le carrelage, la peinture ou la moquette.

Vous l’aurez compris, la pose d’un escalier n’est en rien compliquée. Il vous suffit juste de vous informer en amont sur les démarches et dispositifs à poser. Bien évidemment, pour le cas d’un escalier sur-mesure, vous devez recourir aux services de professionnels certifiés.

Escalier : pour quel modèle opter ?

L’escalier peut se décliner en de nombreux modèles. En fonction de la forme, vous avez le choix entre l’escalier droit, quart tournant, demi-tournant et en colimaçon. L’escalier droit est le plus couramment utilisé comme escalier principal grâce à son confort d’utilisation et sa praticité. Il est en effet simple à monter et facilite la marche. Pour ce faire, il est formé de marches régulières et suit un seul axe. Il permet aussi d’aménager comme bon vous semble l’espace sous l’escalier en le transformant en bibliothèque ou en coin bureau. Cependant, il demande un grand volume d’espace au sol. D’un autre côté, il y a l’escalier quart tournant qui est une bonne alternative au modèle droit surtout si vous manquez d’espace dans la maison. Présenté sous la forme « L », il offre un gain de place non négligeable et une esthétique avérée à votre intérieur. 

Les marches en angle présentent l’avantage d’être plus étroites à l’intérieur qu’à l’extérieur. Autres atouts : ce type d’escalier donne du cachet tout en laissant passer un maximum de lumière. En outre, il existe une autre forme d’escalier : l’escalier demi-tournant qui comprend deux angles et trois volets de marches. Il est synonyme de confort d’usage et de réel gain de place. Il limite l’espace encombré au sol du fait qu’il se positionne dans un coin de la pièce. Pour finir, on distingue l’escalier en colimaçon qui se compose de marches s’organisant autour d’une colonne centrale. Il est indépendant et n’a pas besoin de s’appuyer contre le mur. Bien qu’il soit moins confortable comparé aux autres modèles, il offre un gain de place et sert généralement d’escalier secondaire. 

Comment bien choisir un escalier ?

Le choix d’un escalier ne se limite pas à choisir parmi les différents modèles, il faut aussi tenir compte de plusieurs critères de choix comme l’espace disponible, le confort, la sécurité et l’esthétique. En fonction de la place disponible, vous avez le choix entre l’escalier droit et en colimaçon. L’escalier droit est plus encombrant même s’il est plus confortable. Ainsi, il est déconseillé dans les petits intérieurs. Pour les petits espaces, mieux vaut se tourner vers l’escalier en colimaçon ou quart tournant. Et si vous envisagez d’utiliser plusieurs fois par jour votre escalier, préférez les modèles qui affichent un réel confort au moment de l’ascension. Par contre, si c’est pour un usage plus occasionnel, le confort n’est pas une priorité, vous pouvez donc miser sur un modèle hélicoïdal ou bien en colimaçon. En règle générale, les escaliers dits confortables disposent d’une largeur de passage importante et d’une pente d’escalier plus raide. Et si vous voulez faire primer la sécurité, ajoutez des éléments comme une rambarde, main courante, revêtement anti-dérapant et contremarches. L’écart entre les barreaux verticaux doit également être limité à 11 cm. Il faudrait aussi penser à ajouter des nez-de-marche pour renforcer la sécurité. Pour terminer, l’esthétique n’est pas un critère à négliger. Heureusement, différents modèles sont proposés pour vous permettre de personnaliser le rendu esthétique de votre maison. Vous avez aussi le choix entre de nombreux matériaux : acier, bois, pierre, béton, alu et verre. 

Si vous hésitez entre les différents types d’escaliers, les nombreux sites internet et magasins spécialisés dans le domaine vous accompagneront dans votre choix. En fonction du style de l’habitat et de vos exigences, retrouvez un large choix de modèles à hauteur de vos besoins et de vos moyens. Vous pourrez sans problème dénicher un escalier qui vous ressemble et qui correspondrait parfaitement aux contraintes d’espace de votre intérieur. Alors, n’hésitez pas à sélectionner l’escalier qui vous plaira et à passer la commande. Un service personnalisé et une livraison dans les délais les plus brefs seront mis à votre entière disposition. 

  

 

1 thought on “Installer son escalier soi-même : bonne ou mauvaise idée ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *